Nouvelles de l’hôpital des belges

Nouvelles de l’hôpital des belges

Classé dans : Maraîchage, Santé | 0

En décembre 2014, Pierre van den Branden (le fils de Yves et Martine) et son amie Malou décident de consacrer une partie de leurs vacances de Noël à l’association. Les voici donc à Ziguinchor afin de découvrir sur le terrain les activités de l’association et de donner un coup de main.

Leur programme sur place comprend entre autres, deux visites de l’hôpital des belges. Ayant découvert le dispensaire lors de son premier séjour deux ans auparavant, Pierre a pu se rendre compte de l’évolution du fonctionnement du dispensaire et des progrès réalisés au jardin maraîcher (voir les 2 articles précédents).

Un logement pour la sage femme

P1020798Au niveau du fonctionnement du dispensaire, Pierre a constaté qu’il existe une excellente synergie entre les membres du personnel et le comité de santé, chargé de la gestion administrative. Le comité de santé a pu, grâce à sa bonne gestion, procurer un logement pour la sage-femme au sein même de l’hôpital.

En effet, dans les maternités villageoises il est de tradition que la sage femme loge sur place. Or, jusqu’à présent, celle de l’hôpital des Belges logeait ailleurs. Par conséquent, les futures mamans préféraient souvent accoucher aillleurs, là où une sage femme était présente 24h sur 24, même s’il leur fallait parcourir 10 à 20km de plus, souvent dans de très mauvaises conditions.

Aujourd’hui, plusieurs centaines de familles bénéficient de ce nouveau service. La présence de la sage femme sur place 24h sur 24 rassure les futures mamans et améliore de toute évidence la qualité des soins et leur confort.

DSCF6741 (2)La quasi-totalité du jardin maraîcher est exploitée

En deux ans, le jardin maraicher est devenu complètement opérationnel :

  • il est clôturé (pour empêcher les animaux de le détruire),
  • la citerne a été remise en état, et
  • un système de robinets a été installé.

Pierre a pu constater que la quasi-totalité de la surface disponible est exploitée par les membres du personnel qui, avec l’aide de leurs familles, donnent de leur temps pour cultiver. Les différents légumes avaient été plantés durant les semaines précédant sa venue. La récolte est prévue dans trois mois.

Le but sera-t-il atteint ?

Ce projet a été mis sur place dans le but de donner un revenu supplémentaire aux membres du personnel (voir article précédant). Rendez-vous fin mars pour voir si la récolte des légumes sera abondante et leur vente un succès.

Et la fièvre Ebola dans tout ça ?

Cet article ne pourrait se terminer sans un mot sur Ebola.

La maladie ne sévit pas au Sénégal, mais le pays et le dispensaire ont pris plusieurs mesures préventives.

Outre une campagne de sensibilisation organisée au niveau national, les malades et toute personne entrant dans le dispensaire sont tenus de se laver les mains dans une eau javellisée avant d’entrer. Et ceci est vrai pour tous les bâtiments administratifs, l’aéroport, le port, et la plupart des hôtels et restaurants.

Au niveau de la vie économique de la région, il est assez frappant et regrettable de voir l’impact négatif que cette maladie, qui n’est pas présente chez eux, engendre au niveau touristique, le tourisme étant une source importante de revenus des habitants de la région.

Laissez un commentaire